«Les misérables» @ Equilibre-Nuithonie

Avez-vous déjà lu le chef-d’œuvre de Victor Hugo? Moi, j’ai essayé, j’ai lu les 50 premières pages et les descriptions des batailles napoléoniennes m’ont assez rapidement gavé.

Et voici qu’en 2022 Eric Devanthéry a réadapté et mis en scène cet œuvre légendaire dont beaucoup connaissent les adaptations pour la télévision, notamment le dessin animé avec Cosette, Gavroche et bien sûr Jean Valjean. D’autre connaitront peut-être l’adaptation anglo-saxonne tirée de la comédie musicale ou alors l’adaptation très réussie – à mon avis – de Ladj Ly de 2020 dont voici les bandes-annonces:

Cet après midi, de 15h à presque 20 heures avec deux entre-actes, cette mise en scène genevoise était surtout trop longue et très conventionnelle. Qu’on se le dise, rien de très audacieux ou nouveau. Un spectacle moyen pour un public plutôt âgé et un peu apathique dans une salle certes techniquement à la pointe mais qui manquait franchement d’énergie. Voici en quelques points pourquoi la mayonnaise n’a pas pris entre le public fribourgeois et le spectacle proposé (toujours à mon avis) :

  • La révolution française : c’est un peu comme la Deuxième Guerre Mondiale pour les allemands, trop c’est trop. Y en a marre de ce sujet d’histoire sans cesse remis au goût du jour. Cette fois avec un clin d’oeil au mouvement des Gilets Jaunes – bien vu, j’avoue – mais au final en quoi est-ce que ce chapitre de l’Histoire française nous concerne encore aujourd’hui? Il faut peut-être la rendre plus réel cette révolution en la sortant complètement de son contexte historique de 1789/1830 : les barricades, la Marseillaise, les personnages – Gavroche qui meurt tel un martyre, Jean Valjean qui du forçat devient honnête homme et père (adoptif) de Cosette qui épousera Marius etc. – font le mythe fondateur de la République française née d’une insurrection de ces citoyens et citoyennes, son drapeau tricolore et sa devise : liberté, égalité, fraternité. Donc oui, la Révolution française est importante mais il faut arrêter de se gargariser avec parce que “la grande nation” plus grand monde y croit, aujourd’hui c’est l’Europe et ensuite les nations qui comptent. Bref, l’adaptation est trop conventionnelle et un peu fade.
  • Les chansons : le choix des chansons, hors mis quelques exceptions – toutes assez kitsch et de plus mal chantées – me laisse perplexe. Dommage de gâcher le spectacle de cette manière. Seules deux ou trois comédien.ne.s avaient réellement de la voix.
  • Le décor : des douzaines de costumes d’époques accrochés à des cordes, hissés par les comédien.ne.s au gré des histoires racontées avaient de quoi épater la galerie mais au bout du quatrième acte on les avait assez vu.
  • La performance des acteurs et actrices : certes, il faut avoir de l’endurance pour tenir pendant un si long spectacle et une bonne mémoire pour réciter ces textes. Mais c’est aussi en tant que spectateur / spectatrice qu’il faut tenir bon face à un spectacle de la sorte qui n’aboutit pas à une catharsis, la purgation des passions comme la décrit Aristote dans sa Poétique.

En conclusion, je reste (un peu) de marbre devant cette mise en scène. La programmation de Equilibre-Nuithonie me semble promouvoir un théâtre à la française qui a peu évolué depuis mon enfance et peine à expérimenter avec des technologies plus actuelles (l’audiovisuel par exemple) et surtout à rester en phase avec les enjeux de notre temps. En terre fribourgeoise, je voulais presque dire “dans la Terre du Milieu”, entre Genève et Zurich, le théâtre qui semble toucher plus son public reste pour moi Le Théâtre des Osses à Givisiez : plus petit, plut intimiste et souvent plus original.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s